RDC – Agro-industrie – DAIPN N’Sele

Nouveau DAIPN

New N'Sele Agricultural Farm

Image

DAIPN - Domaine Agro-Industriel Présidentiel de la N’Sele – Bandundu – Partenariat Public Privé


Avertissement

L’idée d’atteindre la souveraineté alimentaire grâce à l’agro-industrie est un leurre et une arnaque suffisamment exposés dans les deux dossiers

Lire aussi La République démocratique du Congo (RDC) doit renoncer aux parcs agro-industriels, une étude réalisée par Oakland Institute qui dénonce l’arnaque des PAI

L’entreprise agro-industrielle décrite ci-après, malgré des annonces brillantes comme dans l'introduction ci-après, ne résout en rien bien au contraire, les questions :

  • Du droit à l’alimentation de qualité nutritive saine : exempte de tous produits chimiques, valorisant les produits locaux et les semences locales – non OGM, non hybrides et non biofortifiées
  • De l’élevage respectueux des animaux
  • De la préservation de l’environnement par une culture préservant le sol, l'eau, la diversité biologique avec des techniques type agroforesterie, de gestion des haies, des forêts, des résidus organiques, des rivières, etc.
  • De l’impact sur le changement climatique
  • De l’accès aux terres et le droit au travail équitable pour les petits agriculteurs
  • Globalement, de la santé des consommateurs et des producteurs (plus de 70% de la population tout de même !)
  • De la fuite des capitaux (les investissements et intrants viennent de l’étranger, les bénéfices sont transférés en dehors du pays, la production soumise à la spéculation exportée au plus offrant, etc.)

LR Group Ltd - N'Sele Presidential Farm : En utilisant un modèle avancé de transfert de technologie et de connaissances, le groupe LR revitalise avec succès la ferme présidentielle de N’Sele en République démocratique du Congo (RDC). La ferme est maintenant la plaque tournante d'une communauté qui bénéficie d'une sécurité alimentaire améliorée et d'un niveau de vie élevé. 

Sites web : Nouveau DAIPNLR Group Ltd - N'Sele Presidential FarmLR Group

La vision : Établir un partenariat avec le gouvernement et les habitants pour créer une entreprise agroalimentaire durable. 

Le groupe LR a imaginé une ferme réorganisée et revitalisée utilisant l'éducation et le soutien du gouvernement pour créer le développement durable d'une grande variété de produits agricoles. 

En partageant des connaissances agricoles vitales, des technologies agricoles nouvelles et modernes et des pratiques commerciales avec les gestionnaires et les travailleurs agricoles locaux et étrangers, LR créerait une source locale durable de nutrition de haute qualité à prix abordable, des milliers d’emplois et une base de connaissances experte grâce à un centre de formation et de conférence pour les professionnels de l'agriculture.

Le DAIPN en bref

  • Superficie : 1.566 ou 4.000 hectares, selon les sources
  • Lieu : 60 km (40 km selon les sources !) au nord-est de Kinshasa, sur la RN1 - Kikwit / Kenge, le long de la rivière N’Sele et proche du fleuve Congo
  • Budget public : 88.740.000 US$ sur fonds propres du gouvernement pour les 2 phases. 
    • Phase 1 - 50,74 millions $ - 6 juin 2015 : 55 millions $ Zoom-eco
    • Phase 2 - 38,00 millions $
  • Ministères concernés : Agriculture et Développement rural, Portefeuille, Industrie et Finances
    • Phase 1 - Durée : 5 ans. Exploitation et la gestion
    • Phase 2 - Durée : 4 ans. Ingénierie, approvisionnement, construction pour la valorisation, la réhabilitation et le développement dudit site
  • Statut : La ferme sera réhabilitée et gérée comme une unité commerciale indépendante et à but lucratif
  • Lancement : 9 mai 2013 - La ferme présidentielle de la N'sele livre 25 000 poulets vifs sur le marché Radio Okapi 131207
  • Culture principale : Maïs, comme aliment pour bétail, soja - 28/01/2015. 7 hectares de maïs et 3 hectares de soya sur une étendue de 220 hectares labourés. Ces hectares sont des champs pilotes qui ont pour but de vérifier et d’analyser le maïs qui pousse sur le sol de DAIPN.
  • Elevage : volailles, porcs, poissons
  • Emploi : Des milliers ! 6 juin 2015 - L’un des mérites de la relance du Nouveau DAIPN est qu’il a permis à plus d’un millier des Congolais de trouver de l’emploi et à certains autres d’acquérir la formation.  
  • Approche écologique, forestière / permaculture / agriculture familiale : NON

Le but de ce projet est quadruple :

  1. Contribuer substantiellement à améliorer la sécurité alimentaire par l’approvisionnement constant de la ville de Kinshasa en produits vivriers à des prix abordables.
  2. Le projet s’inscrit dans la durée. A cet effet, les partenaires doivent s’assurer que la ferme reste économiquement viable et autonome avec une vision à long terme.
  3. La modernisation et le transfert des connaissances par la mise en œuvre des technologies et des méthodes de gestion modernes dans la ferme afin d’atteindre une efficacité maximale, tout en renforçant les capacités du personnel local. C’est dans cette option qu’un centre pilote de démonstration des techniques agricoles pour former des moniteurs et exploitants agricoles de tous les niveaux (sera créer) afin d’associer l’expérience agricole chinoise aux réalités de l’agriculture congolaise.

DAIPN - 2015 - Visit of the President to N'sele Presidential Farm

4. Création d’emplois. Avec la valorisation de DAIPN, des emplois pour des milliers des personnes seront créés, à la fois directement et indirectement.

Réalisations et productions envisagées :

  • Ferme pour poulets de chair avec une production de 1.500 tonnes des poulets de chair par an ;
  • Ferme pour poulets de ponte avec une capacité de 25.000.000 œufs par an ;
  • Usine d’aliments pour bétail. 3 tonnes/heure dans un premier temps, pour monter à 5 tonnes/H
  • Elevage des porcs à partir de 600 truies ;
  • Abattoir avec 900 têtes par heure / 1.200 tonnes par an ;
  • Plantation des fruits : 1.000 tonnes par an.
  • Pisciculture avec une production 300 tonnes par an ;
  • Ferme pour légumes à serres, tunnels et champs ouverts produisant 1.000 tonnes de légumes par an ;
  • Grandes cultures : champs irrigués et pluviaux : une moyenne de 120.000 tonnes par an ;

Au cours de la première phase, notre travail consistera à travailler par contrat pour le gouvernement de la RDC. Et nous pourrons avoir la chance de mettre de notre argent seulement après que nous aurons montré notre réussite pour la première phase. Après nous allons effectivement négocier et voir dans quelle mesure nous pouvons aussi être partenaires dans le capital », avait-il précisé. Et de prévenir que l’agriculture prend du temps, il faut donc s’armer de patience. 

6 juin 2015 : 42 poulaillers de poules de chaire désormais opérationnels - 35.000 œufs par jour

Cette ferme est en capacité de mettre sur le marché annuellement : 1.500 tonnes de poulets de chair, 25 millions d’œufs, 2.000 tonnes de fruits et légumes, 1.200 tonnes de viande de porc, 300 tonnes de poissons, 12.000 tonnes d’autres cultures vivrières.

Les parties prenantes concernées

LR Group : Fondé en 1985, le groupe LR, société israélienne, est présent dans le monde entier pour le financement, la gestion, le développement, la production et la maintenance de projets nationaux à moyenne et grande échelle dans des économies en forte croissance du monde entier.

Ami Lustig & Roy Ben Yami sont les copropriétaires et co-fondateurs de LR Group Ltd.

Le groupe plus de 2 000 personnes dans le monde. La société et ses filiales ont mené à bien des centaines de projets durables en Afrique, en Europe, en Océanie et en Amérique du Sud dans les domaines suivants : agriculture et agro-industrie, logement et construction, énergies renouvelables, traitement de l'eau, communication, santé, éducation et formation.

Les cofondateurs sont fiers d’investir dans des projets générant des avantages économiques et sociaux pour les communautés locales, d’améliorer leur niveau de vie en rendant accessibles les équipements de base, en fournissant des outils de formation pour encourager l’autosuffisance, renforcer l’estime de soi et autonomiser les personnes.

Partenaires locaux. Contrairement à ce qui est affirmé par LR Group, il semble que les partenaires locaux ne soient pas beaucoup impliqués dans la construction et la réalisation de l'activité industrielle de l'agriculture et pour tout ce qui relève de l'ESS - l'Economie Sociale et Solidaire, sinon les médias n'auraient pas manqués de relater les faits avec témoignages à l'appui et LR Group, l'opportunité d'en faire la publicité …

L'histoire du Domaine de la N’Sele, une saga nauséabonde…

En 1966, le président Mobutu Sese Seko ouvre le Domaine présidentielle de la Nsele (DPN). Le domaine se développa fortement à la fin des années 1960 et au début des années 1970, principalement comme domaine présidentiel moderne comportant une imposante pagode chinoise et la luxueuse maison de Mobutu.

Une bonne douzaine de cadres européens - dont de nombreux Belges - et chinois furent appelés vers cette période pour développer des activités modèles d’élevage et d’agriculture, dont un vaste élevage de poulets en batterie, du bétail, ou encore une importante culture d’ananas et autres produits agricoles.

Le domaine compta un vaste parc animalier, le Parc Président Mobutu, recouvrant plusieurs centaines d’hectares ainsi que des enclos abritant des lions, guépards, okapis, des chimpanzés, des zèbres, etc., une piscine olympique publique accueillant le public dont de nombreux habitants de Kinshasa, principalement le week-end.

Pour les Européens qui y vécurent, de bons souvenirs demeurent comme le parc, la piscine, les promenades, les orages à 5 heures du soir, le trajet de 60 km en bus pour aller à l'école a l'EPPL avenue de la Gombe à Kinshasa (et revenir ensuite en début d'après-midi)... Wikipédia

2009 - Projet avicole et porcin - Un financement de la BAD

Banque Africaine de Développement - Ferme de la N’Sele - 4.000 ha.

27/02/2010 - IPS - Le projet d’aviculture à N’Sele sera-t-il à la hauteur des attentes ? Extraits :

Le gouvernement a donc lancé, depuis décembre 2009, avec l’appui financier de la Banque africaine de développement (BAD), un vaste projet avicole à N’Sele, une commune rurale située à la sortie-ouest de Kinshasa. Ce projet, qui est contrôlé entièrement par le gouvernement, a reçu un financement de huit millions de dollars US.

… Tout aussi sceptique, Julie Mambuene, économiste, habitante de Kingasani, une commune de Kinshasa, estime que « le projet est très bon, mais le pays n’a pas un système de gestion fiable. La banque nationale dysfonctionne et n’octroie aucun crédit. La BAD sera ainsi considérée comme la seule pourvoyeuse des finances, ce qui n’est pas une évidence. Les coopératives d’épargne et de crédit sont devenues peu viables, surtout à Kinshasa. Voilà ce qui fera échouer le projet ».

02/04/2012 - La Ferme de la N’Sele mise à sac

A ce jour, l’on ne compte plus aucun porc, même pas un porcelet, dans la ferme porcine de la N’Sele. Alors que celle-ci comptait au 13 mars 2011, environ plus de 4.000 têtes de porcs de différentes races (Large white, Piétrain, Duroc etc.). L’abattoir de la ferme qui, en cette même époque, pouvait avoir le rendement de 2.500 poulets par jour, ne fonctionne plus depuis un certain temps à cause d’une simple panne technique de la chambre froide qui n’a jamais été réparée 

De même que pour la petite charcuterie de la ferme qui avait 200 à 250 kg de production par jour, elle est désormais non-opérationnelle. Signalons qu’il n’existe plus aucune tête de vache à la N’Sele. Plus grave encore, la ferme avicole ponte qui atteignait la production de 13.000 œufs par jour l’année passée, n’a plus aucune poule pondeuse. Tous les 13 bâtiments de ladite ferme sont complètement vidés des poules pondeuses. Il semble que toutes ces poules ont été systématiquement écoulées, un matin.

Où sont passés les USD 8 millions de la BAD ? 

Lire l’article complet  120402 Opposition congolaise Exemple Mauvaise gouvernance Sécurité alimentaire

04/09/2014 - Centre pilote de démonstration des techniques agricoles

  • Inauguration : 4 septembre 2014
  • Financement : 6,6 millions $
  • Coopération chinoise
  • Superficie :
    • 60 hectares, dont 3 pour les bureaux, les infrastructures de formation, les résidences des experts ainsi que des stagiaires et la zone de développement industriel.
    • Environ 47 hectares sont destinés à la culture sèche et 10 autres à la culture irriguée, selon les précisions apportées au Ministère de l’Agriculture. www.primature.cd
  • Matériels : décortiqueuses d’arachides, moissonneuses de riz, tracteurs, équipements de transformation des aliments pour bétails. Radio Okapi

16/05/2019 - FPI et LR Group s’accordent pour relancer DAIPN - Lukelenge

Zoomeco : Le Fonds de promotion de l’industrie (FPI) et la société Israélienne LR GROUP LTD ont signé, le 16 Mai 2019, un protocole d’accord pour la mise en œuvre du projet de réhabilitation, modernisation et développement du Domaine Agro-Industriel Présidentiel N’Sele de Lukelenge au Kasaï Oriental. 

Coût global du projet : 5,025 millions de dollars américains. 

La première phase sera totalement financée par le FPI. Et il consistera en des travaux de réhabilitation et de modernisation des infrastructures, notamment la réhabilitation des fermes avicoles et les infrastructures associées, l’élevage de poules pondeuses et la production d’œufs. 

Avec l’exécution de ce projet, plus de 200 emplois seront créés. Cette ferme sera l’un des principaux pôles d’approvisionnement en aliment de qualité au meilleur prix pour la population de Mbuji-Mayi et du Kasaï oriental en général.

« Nous comptons faire de  la ferme de Lukelenge, un modelé de projet agro industriel moderne dans la province et en RDC. Notre objectif est de réduire les importations dans cette zone, fournir de l’emploi à des centaines de congolais et de transférer le savoir-faire à la population locale », a déclaré Monsieur Joseph Haim Harrosh, directeur général de LR GROUP LTD.

Quant à la deuxième phase, elle portera sur la création et le fonctionnement de l’entreprise de gestion en vue de la pérennisation des activités mises sur pied. 

A tout prendre, cette signature annonce pour bientôt la relance de DAIPN Lukelenge au Kasaï Oriental.

LR Group, le sauveur de l'agriculture congolaise ?

A lire l'article du Suriname Herald du 9 octobre 2019 à propos de l'influence de LR Group au Suriname, cette affirmation peut être mise en question ...

Le Suriname (163.821 km²) est un pays d’Amérique du Sud situé dans le nord-est du sous-continent, sur le littoral de l’océan Atlantique, au cœur du plateau des Guyanes. Ses voisins sont le Guyana à l’ouest, le Brésil au sud et la Guyane française à l’est.  Des richesses minières exportées et qui ne profitent pas assez à la population.

Producteurs laitiers : l'accord avec LR Group est une perturbation et un appauvrissement du secteur laitier

Conclusion de l'article : « Ces dernières années, le gouvernement n'a en aucun cas bougé ni fourni de ressources et d'infrastructures pour offrir un soutien aux éleveurs surinamais, encore moins pour développer et moderniserCela se révèle dans la production de lait en chute libre d'au moins 70%. 

Ceci, alors que le gouvernement garantit les ressources, les terres et les infrastructures pour le groupe LR. 

Avec cet accord, on craint certainement une perturbation et un appauvrissement du secteur dans les zones rurales, selon le VSMB - Association des producteurs de lait du Suriname.

En RDC dont l'Etat est devenue une mafia nationalisée, croire que l'action de LR Group serait globalement plus positive pour l'ensemble des enjeux de l'agriculture, du climat, de l'emploi, de l'environnement, etc., pris dans leurs globalités et avec l'obligation de subsidiarité, c'est faire preuve de naïveté, d'irresponsabilité.

La RDC n'est pas le seul pays confronté aux dangers de l'agro-business. Lire le dossier Agro-industrie, poison de l'Humanité 

Tous les articles consacrés aux Parcs Agro-Industriels

Comments 11

    1. Post
      Author

      Bonjour Monsieur Ngavuka,

      Merci pour l’intérêt que vous portez à mes articles dénonçant les méfaits et autres dangers des entreprises agro-industrielles type DAIPN.
      Aussi comme vous pouvez l’imaginer, je ne sais pas vous répondre sur le comment fabriquer des aliments de porcs de manière industrielle.

      Je vous invite à contacter des organisations paysannes qui elles ont une approche responsable, réellement au service de l’agriculteur congolais et de la population pour ce qui est de lui proposer un aliment sain, et plus à même de vous aider dans votre projet d’élevage ou de production d’aliments, respectueux des Personnes, des animaux et de l’environnement, au contraire de ces entreprises mafieuses qui sévissent malheureusement aussi, chez nous.
      Bien cordialement

  1. Bonjour Monsieur, je suis un fournisseur des produits alimentaires et vétérinaire des bétails, produit provenant d’italy au nom Giardini.si possible me contacter sur mon numéro +243817007519, Mr François Mumbili

    1. Post
      Author

      Bonjour Monsieur Mumbili,

      Tout d’abord, j’ai à vous présenter mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année, santé, joie, paix, de cette paix tellement souhaitée particulièrement chez vous en RD Congo, ce pauvre riche pays.
      À vous présenter mes excuses pour ce retard à vous répondre, alors que j’ai le plaisir de savoir que vous avez découvert mes articles sur les entreprises de l’agrobusiness, en particulier, le DAIPN.

      Vous êtes représentant de la firme Gardini Africa, dans la production et la distribution d’aliments pour animaux et je comprends que vous souhaitez faire valoir vos produits à cette entreprise industrielle.

      Mais, comme vous avez pu vous en rendre compte en parcourant l’avertissement qui se trouve en haut de page DAIPN, je place les entreprises de l’agrobusiness parmi les plus dangereuses pour notre avenir à tous.
      Je n’ai pas les coordonnées de DAIPN, toutefois vous trouvez dans l’article le nom du propriétaire de ce parc, LR Group, une entreprise israélienne.

      Il serait bon que les congolais.e.s investissent dans leur propre entreprise de production alimentaire, avec une vraie attention à utiliser des produits naturels, sans chimie, sans OGM, hors base industrielle comme l’huile de palme ou soja et qui en plus, n’exporte pas leur bénéfice sans payer « trop » de taxes !
      Bien cordialement

  2. bonjour,
    je voulais juste savoir si la société DAIPEN est elle une société agricole nationale ou comme son nom l’indique le domaine présidentiel de la N’SELE privé? parce que cette question est très capitale pour amener des investissements en RDC mon pays.
    merci de votre réponse précise.

    1. Post
      Author

      Bonjour Ibrahim, merci pour l’intérêt porté à l’agriculture en RDC et à l’article sur le parc agro-industriel DAIPN N’Sele.
      Comme souvent lorsqu’il s’agit d’investissements étrangers quel que soit le domaine d’activité, il est difficile d’avoir accès aux documents officiels établissant les contrats entre l’Etat et l’entreprise.

      Via les médias, il s’agirait d’un partenariat public privé ‘PPP » Etat-LR Group. Radio Okapi du 7 décembre 2013 (voir le lien dans l’article RDC – Agro-industrie – DAIPN N’Sele ) indique : En mai dernier, le groupe israélien LR Group Limited et le gouvernement congolais ont signé un contrat de gestion et de réhabilitation de ce site pour une durée de cinq ans.
      Comme il s’agit d’une entreprise étrangère faisant partie de l’agro-business, les seuls réels bénéfices de l’activité lui reviendra. La population aura un peu plus à manger sans se nourrir étant donné la faible qualité nutritionnelle des aliments produits et des composés chimiques qu’elles contiennent. Si c’est cela l’avenir de l’agriculture au Congo… Voir L’agro-business, poison de l’Humanité ?

      Le 27 juin 2017, une commission d’audit a été créée pour comprendre ce qu’il est advenu de ‘l’investissement important alloué par l’État’ ! Outre l’arnaque et les détournements de fonds, ces entreprises participent au renforcement de l’agriculture basée sur la spéculation financière au lieu du droit à l’alimentation pour tous avec pour conséquence que seuls les « riches » pourront avoir accès à une alimentation de bonne qualité nutritionnelle. Je vous invite à regarder une récente enquête sur l’eau, un terrible exemple de la dérive capitaliste casino : Business de l’eau. Et ne croyez pas que la RDC en sera préservé.

      La question est de savoir à quel moment,la RDC va enfin agir pour investir dans une politique agricole basée sur ses ressources humaines locales et en compétences propres avec une vision de l’agriculture réellement nourricière, respectueuses des congolais.e.s au lieu de « copier » ce qui aujourd’hui, ailleurs est de plus en plus dénoncé comme poison de l’Humanité à tous les niveaux du système !

      En RDC, il existe bien d’autres solutions à l’agro-business spéculatives, celles-là respectueuses des personnes et de leur environnement, comme l’agriculture familiale, l’agroforesterie, etc. pour autant que les responsables politiques et les Banques internationales fassent enfin confiance en leurs agriculteurs ! Mais cela ne les intéresse pas, ni les lobbies agro-industriels car cela ne permet pas le trafic de l’argent et la distribution de motivation et autres dividendes… Pauvre riche Congo !

  3. bonjour chers responsable,
    je suis assistant a l’université de Kinshasa nous voulons entrés en contact avec vous raisons pour laquelle nous demandons si vous aviez un bureau de représentation en ville prière de nous communiqués.

    1. Post
      Author

      Bonjour Erick, désolé pour ce retard à vous répondre… Suite à votre demande, j’ai revu les articles pour une mise à jour nécessaire de l’étude et surtout y insérer un avertissement sur le fait que ces investigations existent pour dénoncer en bref, l’accaparement de la Vie au bénéfice des multinationales et autres spéculateurs de l’alimentation au détriment des paysans, de l’agriculture respectant les sols, l’eau, l’environnement et par là, les personnes, leur santé, leur travail, leur droit à vivre là où elles sont nées. Je vous invite à regarder la dernière vidéo produite à ce sujet : Main basse sur l’eau : la bataille de l’or bleu. Penser que cela n’arrivera pas en RDC est un déni de réalité.

      Vous l’avez compris, je ne suis pas employé par LR Group ! Vous pouvez trouver le contact sur leur site web dont j’ai repris le lien dans l’article.

      J’ose espérer qu’en tant qu’universitaire, formé à la critique du discours, à l’analyse factuelle et la recherche holistique d’une situation, vous serez en capacité de prendre du recul face aux discours certes séduisants mais manipulateurs de ces personnes qui ne voient que leur profit, autrement plus important que les quelques petits bénéfices que pourraient espérer à court terme, la population congolaise. Et dire que le nouveau président a décidé le lancement de 5 nouveaux PAI, cela n’augure rien de bon pour l’avenir et les enfants de ce magnifique pays.

      Je vous souhaite de bonnes recherches et je serai naturellement intéressé à lire votre étude. Bien cordialement

  4. si possible que ,
    l’uniciative reste en proximité des Congolais en général et la jeunesse congolais en particulier pour la colorisation du terme consomer Congo pour l’opportunité de jeunes ingénieur Qui sont été stagiaire autres dans la fameuse consession,
    comme tant d’autres vue la méritocratie ,
    sa serait encore plus souhaitée de votre vaveur pour l’épanouissement de la jeunesse congolais

    je vous en féliciterrai

    Ir2 Éco agricole foule Ftr Dr
    =Joël itombo=

  5. très intéressant. est -il possible de bénéficier au près de vous d
    ‘une formation pour élever les poules pondeuses?si oui qu’elles sont les conditions. merci de nous répondre. surtout pour nous qui pensons faire ça à l’intérieur du pays oû nous residons.

    1. Post
      Author

      Bonjour Joseph,merci pour l’intérêt porté à l’article et mieux encore, à l’élevage de poules pondeuses.
      Je ne peux malheureusement pas répondre à votre demande; je suis concerné par tout ce qui se passe en RDC, mais n’y habitant pas…
      Puis-je vous suggérer de vous approcher d’une organisation paysanne de votre région, vous faites une recherche web…
      Mais en voici quelques unes CONAPAC – http://www.conapacrdc.org/ / FOPAC, via SOS Faim https://www.sosfaim.lu/nos-actions/rdc-kivu/fopac-sk-federation-des-organisations-des-producteurs-agricoles-du-congo-au-sud-kivu/ ou encore DIOBASS que je connais comme organisation de soutien aux OP http://www.diobasskivu.org/

      Puis-je aussi vous interpeller comme le ferait Diobass, d’être attentif à la réalisation d’un projet d’élevage non industriel mais alliant production des œufs de qualité, bien-être animal, bien être des employés à la production, travail décent, respect de l’environnement… N’sele DAIPN sauf erreur de ma part fait partie de Lr-GROUP, une entreprise qui cherche l’argent pour servir les actionnaires, pas forcément le respect des gens..
      Pour vous interpeller sur le fait que l’agro-industrie est porteur de ruine sur le long terme comme l’a été le projet de PAI Bukanga Lonzo et de désastre humain, comme nous le vivons de plus en plus en Europe… Voir le dossier L’agro-business, poison de l’Humanité ? Les enquêtes http://thierryregard.co/2017/07/agro-business-poison-humanite-les-enquetes/

      Bonne continuation dans vos recherches et merci encore pour votre intérêt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *