RDC – Projet ABP – Une vision archaïque


Pauvre riche Congo 

Un paradis sacrifié

Pauvre riche Congo ... Un oxymore, comme “silence assourdissant” opposé au vieux slogan journalistique “La RDC est un scandale géologique” qui a distrait et distrait encore.

Le vrai scandale, c’est le quotidien des violences de toute nature dans un pays aussi riche en ressources humaines et naturelles, qui pourrait être le paradis sur terre.

Agricultural Business Parks - ABP

Image

Sous l’apparence d’une présentation dynamique et à force de slogans convenus et fallacieux, le projet ABP repris dans le cadre du PNIA – Programme National d’Investissement Agricole, est une nouvelle opportunité pour les autorités de brader les ressources de la RDC aux « investisseurs » étrangers au détriment de la population qui verra son avenir terriblement compromis par la destruction de son environnement. N.B. 2018 - Le site web de ABP est inaccessible ...


Image

Une vision archaïque ?

Dépassée, obsolète en opposition avec la « modernité » du programme initié en 2011 par le Président Kabila ? C'est ce que cet article voudrait démontrer.

Slogans fallacieux ? Quelques arguments parmi ceux avancés par le gouvernement à propos de l’ABP :

The DRC government’s policy of putting agriculture at the centre of its development strategy will facilitate the efforts of reaching the Sustainable Development Goals.  Comment atteindre les objectifs de développement durable avec des systèmes économiques opposés au développement durable ? C'est un peu comme vouloir sauver quelqu’un qui se noie en lui enfonçant la tête sous l’eau !

A public-private partnership bringing together all Stakeholders.  The DRC Agricultural Business Parks are a public-private partnership bringing together the DRC government, private investors and multilateral donor institutions.  Comment affirmer réunir toutes les parties prenantes alors qu’il est déjà démontré au PAI Bukanga Lonzo – Zones d’ombre que les agriculteurs installés sur le parc sont devenus des ouvriers agricoles à la limite de l’esclavage économique, que les autres seront à brève échéance contraints à la dépendance agro industrielle, que les OP – Organisations paysannes sont exclues de toutes réflexions sur le devenir de l’agriculture et ses alternatives respectueuses des Hommes et de son environnement !

Les politiques agricoles en Afrique pourraient appauvrir les pauvres !

08 février 2016.  Les politiques agricoles visant à réduire la pauvreté en Afrique pourraient empirer la situation.  « Green Revolution in Sub-Saharan Africa: Implications of Imposed Innovation for the Wellbeing of Rural Smallholders»  Cette nouvelle étude de l’Université d’East Anglia (UEA) indique que les politiques agricoles menées par les gouvernements, les donateurs internationaux et les organisations telles que le Fonds monétaire international qui prétendent être un succès économique et la réduction de la pauvreté, ne fonctionnent pas.

En fait, ils ont des impacts négatifs important sur les populations les plus pauvres et les plus vulnérables en Afrique rurale.

Au premier rang de ces politiques a été la tant vantée New Alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition, composée de gouvernements, d’un éventail d’organismes internationaux, de la Fondation Gates et de grands donateurs dont la Fondation Gates et des sociétés multinationales comme Monsanto.

Ils ont font vigoureusement pression pour accroître et « moderniser » la production agricole en Afrique à travers des semences et des techniques de culture qui sont fortement tributaires des intrants chimiques et des « technologies innovantes », y compris le « génie génétique ».

Policies benefit the wealthy and harm the poorLes politiques menées profitent aux riches et appauvrissent les pauvres. Intensive, corporate agriculture is increasing poverty in Africa



Image

Quand nous parlons des ressources inégalitaires, ce n’est rien de plus qu’une lutte de classe… et que nous gagnons !


Le but du système agro-alimentaire n’est pas de nourrir la planète, on s’en fout ! Le but c’est de produire des profits quel que soit le coût pour la planète, quel que soit le coût pour les gens, quel que soit le coût pour la santé publique. Vidéo Que mangeons-nous vraiment ? De la terre à l’assiette

En 2014, Hugh Grant, Chairman of the Board of Directors and Chief Executive Officer of Monsanto rassure ses actionnaires : les affaires vont bien ! Au nom de ses 22.000 collaborateurs, il les remercie de leur soutien. En doutait-il quand il annonce : Nous avons augmenté notre dividende cinq fois depuis la fin de l'exercice 2010 pour une augmentation cumulative de près de 85 pour cent au cours de cette période. Monsanto 2014 Annual report PDF

Vous avez dit « Révolution de la modernité » ?

Image

La révolution de la modernité, concept initié en 2011 par le Président Joseph Kabila, est l’expression d’une vision archaïque du développement et en même temps, l’illustration d’une situation complexe bien contemporaine de l’économie casino, dont seuls les plus habiles en profitent. 

Le slogan en lui-même pose question.


14 septembre 2011. Le président Joseph Kabila tient, dans sa ferme privée de Kingakati, un discours-bilan sur son mandat à la tête de la RDC. Ce jour-là, le vocabulaire politique congolais va s’enrichir d’un nouveau concept lancé par le président congolais : « La Révolution de la modernité ». Lire la suite sur Jambonews 130604

Peut-on affirmer que le gouvernement travaille pour l’intérêt général des fils et des filles de la République ? Qui profite selon vous du « succès » de la croissance annoncée à un taux de 7,7 % pour 2015 ? Pour quel résultat ? RDC - 8 habitants sur 10 vivent sous le seuil de pauvreté absolue ! Radio Okapi Taux de croissance 2015 & Radio Okapi 151015 En RDC 8 sur 10 en pauvreté absolue

Et cela ne va pas aller en s’améliorant avec les parcs agro industriels, destructeur d’entreprises familiales autonomes. C’est terrible, effarant, hallucinant : pendant que l'Europe est malade de sa politique de soumission aux grands groupes de l'agro-business alliés de l’économie casino, la RDC se lance dans les mêmes errements !

La crise, l’échec humanitaire de l’agriculture industrielle en 2016. Tous les pays européens sont concernés. Ils souffrent des aberrations de l’agriculture intensive et de la politique au service des économies de marché au lieu d’être proche et au service des gens. Il n’y a pas un jour où il est annoncé des disparitions de ferme familiale, et même d’entreprises alimentaires, de suicides d’agriculteurs au bout du rouleau.  A lire : Les suicides des agriculteurs Santé publique France 170918

Régulièrement et partout dans le monde, il est dénoncé l’accaparement de terres et l’exode de cultivateurs qui vont grossir les bidonvilles et favelas dont il est dit ensuite l’urgence de mettre en priorité des priorités, des politiques de soutien à l’agriculture ! Et « ils » disent que l’agro-industrie fait vivre ? Oui, « les hauts du pavé », mais les autres ?

Ben oui, les autres : comme ceux du parc agro-industriel de Bukanga Lonzo, projet pilote des PAI - Parc Agro-Industriel, en RDC : Cent quarante travailleurs du centre agro-industriel de Bukanga Lonzo ont été licenciés mercredi 10 février (2016) et renvoyés au chômage. Ils font partie de deux-cents vingt-huit journaliers qui ont déclenché un mouvement de grève il y a une semaine, pour revendiquer l’obtention des contrats stables. « Nous avons une année et six mois depuis la coupure du ruban symbolique, ils n’ont engagé personne, alors que nous faisons des lourds travaux. Il y a même des gens qui manipulent les produits chimiques sans aucune protection. Nous sommes payés régulièrement, mais ce salaire ne nous permet pas de nouer les deux bouts du mois », a indiqué l’un d’eux à Radio Okapi 160212 Bukanga Lonzo

Vous avez dit « nourrir » ? Où « Manger plus pour manger moins » ?

Un des arguments de l’agro-industrie est d’affirmer qu’avec eux, le Monde ira mieux. Alors, comment expliquer qu’un biscuit sans sucre, sans conservateur, sans colorant ni exhausteur de goût, sans sel (hé oui du sel !) coûte plus cher sur le marché qu’un biscuit sucré avec colorant, conservateur, exhausteur de goût, sel, amidon, de la farine OGM plus cher à cultiver avec force pesticide, fongicide, engrais chimiques, avec de la « smart agriculture », etc. ?

Les aliments industriels, préparés, curieusement pas chers et pourtant complexes sont très souvent sans apport nutritif supérieur et contiennent des crasses chimiques comme les exhausteurs de goût, conservateurs, colorants, stabilisants, agents de texture, antioxydants, émulsifiants, antibiotiques, vitamines, etc. et des produits qui n’ont rien à y faire, avec trop de sucre et de sel, de l’eau (!), etc… Ils ne sont pas « chers » à produire pour quatre raisons, le volume de production, le travail indécent d’une main d’œuvre sous-payée, le coût de transport faible et écologiquement désastreux, la spéculation financière avec tout ce que cela comprend !

Vous avez dit « Produits sains pour la santé » ?

2016 - En France et partout dans le monde, médecins et chercheurs lancent l'alerte sur les effets des produits chimiques sur le développement des enfants. Augmentation des cancers infantiles, multiplication des anomalies de naissance ou des troubles hormonaux, explosion de l'autisme : toutes ces pathologies pourraient bien avoir des causes environnementales. Les pesticides apparaissent en première ligne dans les rapports des chercheurs.

Six multinationales contrôlent ce secteur : Syngenta, Bayer, Monsanto, Dow, Basf et Dupont. Elles règnent presque sans partage sur un marché colossal qui pèse cinquante milliards d'euros. N.B. En 2018, Bayer a complètement intégré Monsanto en 2018 L’Echo 181129 12.00 emplois à la trappe)

Pendant un an, l'équipe de «Cash Investigation» a suivi à la trace leurs molécules. Certaines, dangereuses, s'invitent dans l'air que les enfants respirent tous les jours. Vidéo Produits chimiques : nos enfants en danger

Joseph Kabila : Pour moi, le Congo, c'est la Chine de demain, d'ici 2011

Image

En 2006, le Président Kabila avait exprimé le rêve d’amener le Congo au-delà de ce que font les chinois : « Pour moi, le Congo, c’est la Chine de demain : d’ici 2011, l’exemple pour moi viendra des pays asiatiques, que l’on appelle les « Dragons ». Le Congo va surprendre, car il se redressera beaucoup plus vite que prévu » Le soir 061116 Le Kabila nouveau promet de surprendre

La Chine, c’est malgré de formidables richesses humaines, culturelles, et d’étonnantes réalisations techniques et inventives, c’est surtout les terribles réalités de l’exploitation humaine, dans le désordre :

C'est cela, « LE » modèle du Président ?

L’Afrique, en particulier la République démocratique du Congo s’engage depuis 2006 avec l'avènement des programmes PAI, dans la voie de la destruction de ses richesses, de son peuple et de son environnement, pour une question de pouvoir et de profits individuels. Il n'est pas certain que cette vision de l’avenir de la RDC soit partagée par les congolais.es, un tant soit peu curieux.ses de ce qui se passe ailleurs … 

La révolution de la modernité, dont la mise en place du PNIA - Programme National d'Investissement Agricole, est un projet archaïque, dépassé, obsolète face aux enjeux du bien être de tout individu, de la dignité humaine, de l’écologie, du changement climatique, des droits universels. 

Même si l’agro-écologie représente aujourd’hui encore, une part mineure de la production d’aliments dans les pays dit « développés », de plus en plus d’agriculteurs et de consommateurs revendiquent le droit à l’alimentation saine, naturelle, le droit à une agriculture respectueuse de l’Homme et de la Terre. Avec courage, ils font le choix d’un autre projet de société.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *