Le cyanure

Environ 70 % de la totalité du cyanure de sodium produit dans le monde est utilisé pour l'extraction de l'or et de l'argent

CN - CNNa - KCN ...

Le cyanure (CN) est un composé chimique fait d’un assemblage d’un atome d’azote (N) et de carbone (C). Les cyanures peuvent être produits par des bactéries, des moisissures et des algues. Ils sont contenus dans de nombreux aliments et des plantes.

Le cyanure de sodium (CNNa) utilisé pour l’extraction de l’or se présente sous forme solide cristalline blanche sans odeur à sec ou en capsule ou briquette.

Image
Image

Prix FOB - Free on Board, du cyanure de sodium à 98% - Juillet 2019 : 2.250 $/tonne - Kemcore - Chine

Le cyanure de sodium (NaCN ou CNNa) se décompose lentement au contact de l’eau (H2O), de l’humidité de l’air ou du dioxyde de carbone libérant de faibles quantités de cyanure d’hydrogène - acide cyanhydrique (HCN), gaz inflammable et très toxique, principalement utilisé pour la fabrication de produits chimiques, ainsi que de la soude caustique (NaOH) corrosive.

De l'acide cyanhydrique se retrouve dans les produits de combustion issus de la fumée du tabac.

Outre son inflammabilité qui peut provoquer une puissante déflagration, l'acide cyanhydrique HCN présente également une grande toxicité par inhalation.

C'est ce composé chimique qui a servi de base à la fabrication du tristement célèbre Zyklon B, gaz utilisé durant la seconde guerre mondiale dans les camps d'extermination nazis.

Utilisations

  • Additifs alimentaires
  • Extraction de l’or et de l’argent
  • Fabrication de produits chimiques (colorants, agents chélatants, nitriles...)
  • Industries pharmaceutique et phytopharmaceutique
  • Insecticides, mort-aux-rats (rodenticide - extermination des rongeurs par fumigation),  intermédiaire de synthèse. A l’état de vapeur avec beaucoup de prudence, pour la désinfection des locaux, la dératisation des navires ou la destruction des parasites des arbres fruitiers.
  • Laboratoires d’analyse Matériaux synthétiques tels que plastiques et polymères - fibres synthétiques
  • Pigments Poison Produits de nettoyage des métaux
  • Traitements électrolytique de métaux (argenture, cadmiage, cuivrage, chromage, dorure, nickelage) et le traitement d’aciers spéciaux - Galvanoplastie : recouvrir une surface métallique d'une autre couche de métal telle que du zinc, de l’or ou de l'argent à l'aide d'une électrolyse). Mais pour ce type d'usage, c'est plutôt du cyanure de potassium qui est utilisé.
Image

Le cyanure de sodium (CNNa) est très efficace pour extraire l'or et l'argent des autres minerais : environ 70 % de la totalité du cyanure de sodium produit dans le monde est utilisé à cette fin. INRS 2018 Cyanure de sodium Cyanure de potassium Fiche toxicologique N°111 .pdfINERIS 2012 Cyanure libre .pdf

Le cyanure existe aussi à l’état naturel

Dans l'environnement naturel, les plantes (graines de lin par exemple), les algues, les champignons, les bactéries ainsi que les arthropodes (insectes, arachnides, crustacés) contiennent des glycosides cyanogéniques produisant des cyanures, notamment du cyanure d'hydrogène.

Il est produit naturellement par de nombreux micro-organismes, ainsi que par plus de 2.500 espèces de plantes. Ces glycosides assurent des fonctions de défense des plantes contre leurs prédateurs herbivores.

Certains mille-pattes dégagent du cyanure d’hydrogène comme mécanisme de défense. Jan G. Laitos 160913 Cyanide Mining and the Environment .pdf - INERIS 120629 Cyanures libres .pdfWikipédia Glycosides cyanogène

Les fruits et légumes frais font partie d'un régime alimentaire équilibré. Toutefois, plusieurs fruits et légumes contiennent de petites quantités de toxines naturelles. Ces dernières contribuent à la protection des végétaux et créent une résistance à des maladies et à certains types d'insectes.

Des traces de cyanure sous forme de glycoside cyanogène, se trouvent :

  • Dans des légumes : le manioc, la patate douce, l'igname, le maïs, le millet, la jeune pousse de bambou, la canne à sucre, les pois et les haricots, la famille des choux (choux de Bruxelles, chou frisé, chou-fleur, chou-rave), les radis, les brocolis, certaines moutardes, les navets, … Gouvernement du Canada - Santé .pdf

Le manioc (et plus encore l'écorce de la racine) est le seul aliment qui contient naturellement du cyanure (glycosides cyanogènes) à des doses toxiques pour l'Homme s'il n'est pas préparé avant consommation.  Wikipédia - Toxicité du manioc

Le principe toxique essentiel qui existe en quantités variables dans toutes les parties de la plante de manioc est un composé chimique appelé linamarine. La linamarine ingérée peut libérer du cyanure dans l'intestin durant la digestion. FAO – Manioc - Substances toxiques et facteurs anti nutritifs

La plante décourage les herbivores au moyen de deux glycosides produits par ses feuilles et qui, à la digestion, forment du cyanure d’hydrogène, hautement toxique Les racines tubéreuses peuvent également présenter, selon la variété, une teneur élevée en glycosides cyanogénétiques, particulièrement dans les téguments externes. C’est pourquoi, après récolte, les racines tubéreuses de manioc sont épluchées, puis subissent une cuisson prolongée, ou épluchés, râpés et mis à tremper pour provoquer une fermentation qui va libérer le cyanure sous forme de gaz volatile. Le séchage au soleil ou la cuisson ramènent la teneur en cyanure d’hydrogène à un niveau non toxique. FAO 2013 Le manioc Produire plus avec moins .pdf

  • Dans les fruits : amande amère, les pépins de citron, de la limette (citron doux), de pomme, de poire, les noyaux d’abricot, de cerise, de nectarine, de pêche, de pruneau et de prune. La chair du fruit en soi n'est pas toxique.

La présence de cyanure dans les aliments d'origine végétale a été attribuée à la production naturelle de cette substance par les plantes et à son absorption à partir du sol environnant.

Les concentrations dans le sol sont en général faibles parce que l'ion cyanure n'est pas adsorbé ni retenu solidement dans les sols et que de nombreux micro-organismes peuvent dégrader le cyanure libre en dioxyde de carbone et en ammoniaque. 

Les poissons pêchés dans des eaux contaminées peuvent contenir du cyanure, mais comme cette substance se décompose rapidement lorsqu'elle est chauffée, la teneur en cyanure des aliments cuits est très faible, sinon nulle. Agence canadienne d’inspection des aliments

Au Canada, les cyanures sont libérés dans l'environnement aquatique avec les effluents de l'industrie des produits chimiques organiques et de l'industrie de l'extraction et de la concentration de l'or, ainsi qu'avec les effluents de procédés industriels (usines de gaz, fours à coke, épuration des gaz dans les usines sidérurgiques, nettoyage des métaux et électro placage). Gouvernement du Canada - Santé .pdf

Le cyanure peut aussi se trouver ...

  • Dans des aliments traités avec des fumigeants à base de cyanure
  • Dans les gaz d’échappement des véhicules
  • Dans la fumée de tabac ; les cigarettes contiennent entre 150 et 200µg d’acide cyanhydrique HCN
  • Dans la fumée de combustion de certaines matières plastiques contenant de l’azote : polyuréthanes, polyacrylonitrile.
  • Dans les gaz de cokerie et des hauts fourneaux
  • Lors de la combustion de matières naturelles comme la laine et la soie
  • Il se dégage aussi au cours de certaines opérations industrielles (fabrication du gaz d’éclairage, du gaz d’ammoniac et de la soie artificielle)
  • Il peut être libéré par réaction d’un acide sur un cyanure, par pyrolyse de certaines matières plastiques (poly méthane, résines acryliques, polyamides…).
  • Lors des opérations de cémentation (traitement thermochimique superficiel d’enrichissement en carbone en vue d'obtenir après refroidissement un durcissement superficiel par trempe - Techniques de l’ingénieur
  • Lors de soudure des métaux.
  • Enfin, il a été identifié par différentes techniques spectroscopiques dans les nuages interstellaires.
  • Lors des opérations d'extraction de l'or et de l'argent
  • Dans les bassins ou dans les tas de résidus (boues après lixiviation où le cyanure est utilisé à de faibles concentrations pour l’extraction de l’or). Il est facilement transformé par des processus naturels, physiques, chimiques et biologiques en formes non toxiques qui se trouvent déjà dans l'environnement.

Cependant, le cyanure peut également se lier avec d'autres produits chimiques et, le cas échéant, créer des composés très toxiques et létaux, capables de produire des effets nocifs sur la santé et de nuire à l'environnement.

Sources

Le cyanure en résumé

  • Le cyanure de formule chimique CN (Carbone + Azote) existe à l’état naturel.
  • Il se présente sous forme solide cristalline banche sans odeur à sec ou en capsule / briquette.
  • Dans l’alimentation, il ne pose aucun problème sauf excès de consommation et, pour le manioc, s’il n’est pas traité avant.
  • Il se dégrade à l’air et dans l’eau.
  • Il ne s'accumule pas dans les chaines alimentaires comme le fait le mercure.
  • A faible quantité dans les organismes, il est métabolisé par des bactéries.
  • Il devient toxique à partir d’une certaine concentration : une fraction de cuillère à thé de cyanure peut tuer une personne en 15 minutes.
  • Le cyanure de sodium NaCN ou CNNa est le produit le plus utilisé au XXI siècle pour l’extraction de l’or et d’autres minéraux.
  • Le cyanure d’hydrogène HCN est la forme la plus toxique des cyanures ; très volatil, il s’obtient par combinaison du cyanure CN avec l’hydrogène de l’eau H2O.
  • Il nécessite un contrôle strict de son usage dans l’extraction minière et des boues appelés résidus.

Le cyanure devient toxique à partir d’une certaine dose. La dose létale de cyanure se situe entre 0,5 et 3 mg par kilogramme de masse corporelle.

Le problème de l’extraction minière est le contrôle absolu du cyanure du début de l’extraction jusqu’aux résidus. Et vu l’absence de contrôle de l’Etat congolais, ce n’est pas certain.

Banro, jusqu’à présent, ne permet pas de vérifier la véracité de ses affirmations. Transparency ?

Utilisation de la cyanuration dans l’industrie aurifère

Utilisation de la cyanuration dans l’industrie aurifère en Guyane. Impacts potentiels sur l’environnement et recommandations

BRGM 2013 - Rapport - Utilisation du cyanure en Guyane - Impacts potentiels sur l’environnement .pdf

Sécurité chimique de l'eau de boisson: évaluation des priorités en matière de gestion des risques

OMS 071023 Chemicals form industrial activities page 61 .pdf

La chimie du cyanure est complexe et ses propriétés nécessitent d’être comprises afin de pouvoir gérer ses applications industrielles et ses effets potentiels sur le milieu naturel.

Le rapport BRGM décrit les différentes formes de cyanures, leurs propriétés (solubilité et stabilité variables) et leur toxicité qui varie suivant les molécules.

Le cyanure peut réagir avec des minéraux dans le sol et la roche pour former une large gamme de complexes de cyanures métalliques, dont beaucoup sont très toxiques.

Le cyanure faiblement dissociable (weak acid dissociable = WAD) est la forme la plus toxique mais les produits de dégradation naturelle ou liés à un traitement, bien que moins toxiques peuvent présenter un risque pour l’environnement aquatique. En effet les écosystèmes aquatiques sont plus sensibles aux cyanures que les écosystèmes terrestres.

OMS - La production minérale est une composante importante de l’économie de nombreux pays et, dans certains cas, elle peut être la principale source de revenus internationaux. Le cyanure est utilisé pour les gîtes d’or primaires.

Le principe de cette technique repose sur la propriété du cyanure de se complexer et de rendre soluble l’or (et l’argent). Ce procédé chimique est appelé lixiviation.

Les différentes techniques mises en œuvre dépendent de la granulométrie, minéralogie et teneurs des minerais (lixiviation en cuves, lixiviation en tas).

On considère qu’il faut environ 300 à 2000 grammes de cyanure de sodium par tonne de minerai pour obtenir une extraction efficace.

Les résidus issus du traitement du minerai sont composés de matériaux très fins avec des fortes teneurs en eau, ils sont gérés conventionnellement comme des liquides et stockés dans des parcs à résidus derrière des digues.

OMS - Cependant, les activités minières et de production minière mal gérées peuvent contaminer les eaux souterraines et les eaux de surface et nuire à la santé des communautés voisines qui dépendent de cette source d’eau potable ou d’agriculture.

Les résidus de la cyanuration produisent des boues très alcalines, riches en ions cyanures, en complexes de cyanures métalliques stables et en produits de transformation des cyanures.

La concentration en métaux et métalloïdes dans les boues est fonction de la composition chimique du minerai.

La présence de larges quantités de boues liquides chargées en produits dangereux stockées derrière des digues peut avoir des effets désastreux sur l’environnement en cas de fuite ou de rupture de ces digues.

OMS - Les sites miniers mal exploités ou abandonnés sont souvent des sources importantes de contamination de l’eau.

OMS - L'eau pompée à partir de puits de mines abandonnés et de fosses à ciel ouvert est souvent utilisée pour l'approvisionnement en eau.

OMS - Ces sources d’eau peuvent parfois être contaminées par des produits chimiques de traitement des minéraux, le drainage minier acide – DMA (Acid Rock Drainage - ARD / Acid Mine Drainage - AMD) et la mise au rebut des déchets. Ces risques doivent être pris en compte et évalués afin de déterminer si ces sources d'eau peuvent être utilisées sans danger pour l'approvisionnement en eau de boisson.

OMS - Les fosses abandonnées à ciel ouvert et les puits de mine sont couramment utilisés pour l'approvisionnement en eau. Selon le type d'activité minière, l'eau provenant de ces sources pourrait représenter un risque pour la santé humaine à partir de concentrations élevées de métal dissous (les acides de drainage minier - ARD) ou de cyanure dans la mise au rebut des déchets.

Le rapport examine les différentes causes de défaillance des digues avec en particulier les problématiques de management ou d’événements climatiques exceptionnels.

Cette dernière cause, a l’origine de l’accident de Baia Mare en Roumanie en 2000, a cristallisé une opposition à l’utilisation du cyanure.

Le drainage minier acide (DMA - AMD) ou Drainage Rock Acid (DRA) est considéré comme l’un des principaux polluants de l’eau dans de nombreux pays ayant des activités minières historiques ou en cours.

Selon les normes européennes de potabilité de l’eau, la teneur en cyanure doit être inférieure à 0,05 mg/l. Min Environnement Fr ARIA 081006 Pollution Effluents cyanurés Baia mare 2000 .pdf

Le seuil de toxicité du cyanure

CNESST - Cyanure de sodium CN : Danger immédiat pour la vie et la santé : 25 mg/m³ exprimé en CN

Image

Base de données Fiches toxicologiques


INRS 2018 Cyanure d’hydrogène et solutions aqueuses Fiche toxicologique N°4 .pdf

L'effet d'un produit chimique sur l'organisme dépend de sa concentration ainsi que du temps d'exposition à cette substance.

L'acide cyanhydrique ou cyanure d’hydrogène HCN : de liquide, il devient gaz au-dessus de 25,7°C très toxique et inflammable. Il se produit par combinaison du cyanure de sodium et de l’hydrogène de l'eau (CN- + H2O <=> HCN + OH-) pKa = 9,31 à 20 °C. INERIS – Cyanure libre .pdf - BRGM 2013 - Rapport - Utilisation du cyanure en Guyane - Impacts potentiels sur l’environnement .pdf

L'INERIS a défini les seuils d'exposition à l'acide cyanhydrique (HCN) provoquant la mort :

Image

mg/m³ = milligramme par mètre cube

ppm = partie par million, 1 molécule d'HCN pour 1 million de molécules d'air. 

INERIS 021101 Seuils de Toxicité Aiguë Acide cyanhydrique HCN .pdf

Propriétés toxicologiques du cyanure de sodium NaCN - CNNa

Selon la classification fournie par les entreprises à l'ECHA - European Chemicals Agency, cette substance est mortelle en cas d'ingestion, d'inhalation, en contact avec la peau, très toxique pour les organismes aquatiques avec des effets à long terme, très toxique pour les organismes aquatiques, provoque dommages aux organes, provoque de graves lésions aux yeux et peut être corrosif pour les métaux. ECHA Sodium cyanide

Symptômes d'une exposition au cyanure d'hydrogène HCN

La principale voie d’intoxication chez la personne est l’inhalation du cyanure sous forme de gaz : l'acide cyanhydrique HCN provoque la mort par asphyxie, en empêchant la respiration au niveau des cellules (asphyxie cellulaire et tissulaire).

La gravité des symptômes dépend du temps d'exposition et de la concentration de cet agent chimique. Intoxicaiton de la plus grave à la plus légère :

Une intoxication suraiguë - Forme foudroyante : mort en quelques minutes par coma convulsif avec apnée - arrêt respiratoire et collapsus cardio-vasculaire terminal. 

Une intoxication aiguë - Forme aiguë : ressemble à une crise d'anxiété : phase d'excitation avec hyperventilation, puis dépression. Mouvements respiratoires rapides accompagnés d'une sensation d'oppression avec parfois maux de tête, vertiges ou sensation d'ébriété.

La crise évolue rapidement (5 à 20 minutes) vers un coma avec cyanose, puis arrêt cardio-respiratoire.

4 phases :

1. Phase d'excitation : céphalées intenses, saveur amère et brûlure de la bouche et de la gorge, haleine à l'odeur d'amande amère, vertiges, nausées et vomissements, polypnée, cris

2. Phase de dépression : dyspnée avec phases d'apnée, sujet stuporeux et angoissés

3. Phase de convulsions : convulsions tonic cloniques et perte de connaissance

4. Phase de paralysie : coma profond, collapsus cardio-vasculaire, dyspnée sévère jusqu'à arrêt respiratoire

Une intoxication chronique provoque : troubles généraux (céphalées, asthénie, vertiges, palpitations, perte de poids), digestifs (nausées, vomissements, gastralgies), sensoriels (altérations des qualités olfactives et gustatives), oculaires (conjonctivites) et endocriniens (goitre). Forme légère : vertiges, sensation d'ébriété, hébétude, état confusionnel, troubles respiratoires légers.

Banro et la gestion du cyanure...

L’International Cyanide Management Code – ICMC est une organisation créée en 2000 suite à l’origine de l’accident de Baia Mare en Roumanie, en vue de définir un code de bonne conduite à l’utilisation du cyanure pour l’extraction de l’or et de l’argent. 

Le document suivant IIGC Cyanide code – Extraits .pdf reprend les liens vers les dossiers (en français et format .pdf) créés par l’ICMC et des extraits (traduit de l’anglais) du Guide mise en œuvre – Principes et normes de pratiques relatif à l’utilisation du cyanure.

Le code cyanure est un programme volontaire de l'industrie conçu pour aider l'industrie minière mondiale de l'or et de l'argent, ainsi que les producteurs et les transporteurs de cyanure utilisé dans l'extraction d'or et d'argent, à améliorer leurs pratiques de gestion.

Le Code sur le cyanure vise à réduire l'exposition potentielle des travailleurs et des communautés à des concentrations nocives de cyanure‚ à limiter les rejets de cyanure dans l'environnement‚ et à renforcer les mesures d'intervention en cas d'exposition ou de rejet. Cyanide Code - FAQ 1 What is the Cyanide Code? 

Banro affirme respecter toutes les prescriptions de sécurité, relatives à l’utilisation du cyanure pour l’extraction du minerai d’or. De nombreux témoignages montrent qu’il n’en est rien.

Contrairement à la valeur affichée de transparence, Banro n’a jamais produit de documents montrant que les installations ont été construites sur base des règles de sécurité (bâtiments, machines, bassins de résidus, tas de lixiviation, système de gestion des systèmes de gestion des effluents acides, etc.) ; il n’a jamais autorisé la réalisation d'audit régulier de contrôle de ces activités. Il n’est pas certain que Banro ait constitué comme il en a l'obligation, une réserve financière destinée à la réhabilitation des sites miniers à leurs fermetures…

Se présentant comme le futur « major » de l’industrie extractive aurifère en RDC, Banro n’a pourtant pas jugé utile d’adhérer à l’ICMC … 

Banro, vous osez affirmer parmi vos « valeurs » : Compliance - Conformité ? Vraiment…