Banro Corp Ltd – Twangiza mining

Twangiza

 

Propriété à 45 km au sud-ouest de Bukavu, capitale de la province du Sud-Kivu - RD Congo et à quelques 45 km à l’ouest de la frontière avec le Burundi, Twangiza se situe dans la chefferie de Luhwindja, une des collectivités du Territoire de Mwenga.

Situation géographique

6 Permis d’exploitation

PE40 – 41 – 42 – 43 – 44 – 68

Image

Infos générales

DénominationTWANGIZA MINING
Date création13-03-2003
Date fermeture19-04-2050
Siège14, Avenue Sergent Moke, Commune de Ngaliema, Kinshasa
ProvinceSud-Kivu
VilleBukavu
CatégorieTitulaires des droits miniers
ObservationIndustriel
StatutEn production
PartenariatPrivé-privé
FilièreAurifère
Raison socialeSociété minière
Forme juridiqueSociété anonyme (SA)
Note : Statut légal : Twangiza Mining S.A. ou SARL (Banro 020418 Avenant1 Convention du 13 02 1997.pdf Article 8) ?
Régime fiscalSpécial
Permis d’exploitation PE6 PE = 40 – 41 – 42 – 43 – 44 – 68
Note : 2007 - La propriété Twangiza comprend six permis d'exploitation, détenus à 100% par Banro Corporation (Banro) indirectement par l'intermédiaire d'une filiale congolaise, Twangiza Mining sarl. Banro NI 43-101 070913 Twangiza Preliminary Assessment .pdf
Superficie des PE1.164 km²
Début de productionOctobre 2011
Début opération commercialeQ3 2012 (Q = trimestre)
Espérance de vie de la mine 5 ans en fonction des réserves actuelles, 11 ans de ressources totales (des sites d’information donnent 25 ans !) La période d’exploitation pourrait être allongée grâce à une exploitation en sous-sol.
ProductionAu fur et à mesure des années, Banro annonce dans ses Rapports de durabilité : 2012, 120.000 oz, en 2013, 120.000 oz – et à partir de 2014, 100.000 oz, jusqu’en 2017, dernier rapport public sur le développement durable…
Depuis 2018, Banro Corporation Ltd n’affiche plus ses objectifs de production.
Mine à ciel ouvert – 2016Projet d’extraction en souterrain
Procédé d’extractionMéthode CIL (Carbon in Leach) et CIP (Carbon in Pulp). Lixiviation dans des cuves : l’or est dissout par le cyanure et est adsorbé par du charbon actif dans une même cuve pour le CIL et dans des cuves séparées pour le CIP
17 cuves en séries
2 bassins de retenue des résidus TMF1A (fermeture 2016) et TMF1 (Tailing Management Facility = Installation de gestions de résidus) en construction
Affinage de l’orà 92% de pureté. OCDE 150421 Banro Etude de base 2 Mine Mukungwe Page 17 .pdf
Les lingots sont envoyés à Rand Refinery Limited - Johannesburg - Afrique du Sud, pour affinage à 99,99 %. NB : l'information date de 2015
Energie11 groupes électrogènes containerisés 1.250 KVA
En 2017, Banro affirmait « s’engager » à une recherche de production alternative meilleure marché via centrale hydroélectrique, éolienne et solaire. En fait, il était annoncé dès le début de la construction du site, une centrale hydroélectrique qui allait aussi desservir le réseau public…

Sources : Banro -  congomines - E-Mines / RDC - 07/2019 : les données ne sont pas à jour et certaines.

Vivons bien, vivons caché... Difficile de trouver des informations complètes et certaines.

Vous avez dit, Transparency ? Vraiment ?

La chaîne aurifère de Banro : de la mine à l'exportation

La production aurifère de Banro provenant de Twangiza n’est pas négociée au Sud-Kivu.

Banro affine son or de Twangiza sur le site à 92% de pureté, et le lingot résultant est envoyé à la raffinerie Rand (Rand Refinery Ltd) à Johannesburg (Afrique du Sud).

Selon Banro, le processus d’exportation aurifère est déclenché par un représentant du ministère provincial des mines à Twangiza, qui signe un document faisant partie du dossier de documents d’exportation.

Suite à quoi, les fonctionnaires de l’Office Congolais de Contrôle (OCC) et du Centre d’Expertise d’Évaluation et de Certification des substances minérales précieuses et semi-précieuses (CEEC) participent à une procédure d’analyse à la mine de Twangiza, durant laquelle chaque barre de lingot est percée trois fois, puis un échantillon est analysé par la société et les deux autres par l’OCC et le CEEC.

Une fois que les rapports d’analyse des agences sont complets, la Direction Générale des Douanes et Accises (DGDA) signe une autorisation d’exportation, qui est aussi signée par l’agent de compensation.

À la suite de cela, chaque barre individuelle de lingot d’or est scellée conjointement par les représentants de la DGDA et Banro. À ce stade, une société de sécurité privée retenue par la raffinerie Rand prend la garde physique du lingot, et remet un reçu à Banro.

L’or est envoyé à Kinshasa, et la garde en est transférée à Kinshasa au CEEC.

Une fois que Banro a payé ses taxes à l’exportation, et donné sa preuve de paiement au CEEC, ce dernier recommande au ministre national des mines de signer le certificat d’exportation d’origine.

Une fois que le CEEC reçoit le certificat signé du ministre, il transfert la garde de l’or de nouveau à la société de sécurité, qui accompagne l’or à Johannesburg. Suite à cela, l’importation de l’or est autorisée par les Services du Revenu de l’Afrique du Sud (SARS), et finalement transféré à la raffinerie Rand. OCDE 150421 Banro Etude de base 2 Mine Mukungwe Page 17 .pdf

Il est particulièrement connu en RDC qu’entre la théorie des procédures et la réalité des pratiques, il y a un plus qu’un fossé, un ravin ! D'autant qu'en 2018, la RD Congo est classée au 161ème rang sur 180 des pays les plus corrompus... www.transparency.org

Il serait très intéressant de disposer de tous les documents pour en vérifier la cohérence entre les chiffres annoncés au départ - production, expédition et, en fin de procédure. Il est aussi imaginé qu’une partie de la production puisse s’écouler via le Rwanda avec la complicité des uns et des autres.

Image

Localisation des sites de gestion des résidus

Image

TMF = Tailing Management Facility

Emplois directs – Décembre 2016

  • 96% - soit 679 personnes sur 707 étaient impliqués dans les opérations et le développement à Twangiza
  • 93,9% - soit 1.375 personnes sur 1.464 étaient  directement employées dans les activités de Banro en RDC