L’agro-business, poison de l’Humanité ? Qu’en est-il en RDC…


Suite de « L'agro-business, poison de l'Humanité ? »

En RDC, le modèle de développement dit « de sécurité alimentaire » basé sur la promotion de l’agri-business a été initié et mis en œuvre en 2013 par le 1er ministre de l’époque, Mr Matata Ponyo, comme perspective d’avenir pour la population.

Depuis, grâce au Président Kabila et à ses associés, nationaux ou étrangers, les poisons de l’agro-business s’introduisent subtilement dans l’économie du pays.


A défaut de réussite du PNIA – Plan National d’Investissement Agricole dont les les parcs agro-industriels ont été le fer de lance, de manière insidieuse, s’installent des centres de recherches type IIATA et la relance des « villages agricoles » liés eux-aussi à l’agro-industrie.

Village agricole au Haut Katanga – 2016 – Le principe : chaque agriculteur sera doté de deux hectares pour y pratiquer un système d’agriculture moderne (sic) de type Bukanga Lonzo déjà réalisé dans la province du Kwango.

En fait, ce village est un parc agro industriel qui ne veut pas dire son nom. Quant à savoir comment tout cela est mis en œuvre, sous quelles conditions, etc… Et ce n’est pas sur le site du ministère de l’agriculture que des réponses seront trouvées ! Voir Les sites web de la République

Par ailleurs, que sont devenus les villages agricoles financés à 1,5 millions USD de Bandundu en 2012 par le Ministère de l’Agriculture et du Développement rural ? 14 villages agricoles avec 1,5 million USD au Bandundu

Jean-Claude Kazembe, gouverneur du Haut-Katanga : « Je veux miser sur l’agriculture qui a un potentiel inexploité considérable. Quatre villages agricoles ont déjà été créés sur 4.000 hectares et je compte développer une industrie agroalimentaire. Ce n’est plus tolérable que le cuivre coûte moins cher que la viande. » Radio Okapi 2016 Haut-Katanga : Joseph Kabila inaugure un « village agricole » / Le Monde Afrique 2017 – En RDC, la crise est aussi économique

La RDC est devenue une mafia avec l’aide de multiples « partenaires » dont les grands groupes de l’alimentaire. Lire : RDC – PAI – Les complices COMESA GMA USAID Bill Gates EU IITA Harvest & Cie)

Outre le fait que la fonction première de l’aliment n’est plus de nourrir, mais de gagner de l’argent, il devient en plus un danger pour la santé…

La liste des détournements de la finalité de l’alimentation est longue. Elle illustre le caractère toxique de l’alimentation issue de l’agro-industrie, à tous les points de vue : santé (allergie, intoxication, obésité, diabète, soda-syndrome du foie gras, …), qualité nutritionnelle, coût global de cette économie, l’environnement, Culture, sociétal, etc.

Le choix politique de l’agriculture industrielle (est-ce encore de la Politique quand il est motivé par l’enrichissement personnel ?) met les Congolais.e.s en danger au lieu de leur assurer une meilleure santé, un travail décent, une perspective d’avenir dans un pays extraordinaire, mais mis à mal par la destruction de son environnement à laquelle participe cette économie paradoxale : manger pour se nourrir moins, être en mauvaise santé et être tout aussi pauvre. C’est effrayant !